GRECE: THE MARCIANS, « Traditional Greek Music », ARC Music

 Nous sommes fan de musique grecque, et quand nous avons entendu les premières mesures de ce disque, nous avons su que nous arrivait, de Londres où siège ARC Music, un très bon disque de cette musique grecque traditionnelle que nous aimons tant. Les Marcians – du nom de l’empereur byzantin Marcien (Marcian en anglais) (392-457) ressuscitent ici par la grâce du cd, et par les lois de la généalogie: car le groupe, né dans les clubs grecs de Londres dans les années 60, autour du duo Theo Hambi et Andras Michael, bouzoukistes tous deux, connut un succès énorme pendant une décennie, et a vendu des disques par millions, jusqu’au décès de ce dernier. Et voilà le groupe ressuscité aujourd’hui, avec le fils de Theo, Chaz Kkoshi, au clavier. Ce qui prouve que la musique d’un peuple peut très bien survivre à l’exil. Et si les Grecs forment une communauté importante d’émigrants depuis le XIX° siècle, la dictature des colonels, de 1967 à 1974, va encore accentuer le mouvement, et les amener jusqu’aux rivages londoniens…
       Nous avons donc été charmée par ces chansons, qui vous apportent toute la bonne humeur de la Grèce, comme une bouffée d’air de vacances, avant l’été… Certaines sont très nostalgiques pourtant, d’autres graves. Mais – est-ce le son si particulier du bouzouki, dont les cordes sonnent haut placées comme un chant d’oiseau? – c’est la légèreté qui prédomine ici, même quand les paroles sont mélancoliques: comme une leçon d’optimisme, quelles que soient les circonstances de la vie… Et Dieu sait que la Grèce a connu des moments troublés, au cours de sa riche Histoire…
Nous avons bien aimé la chanson “Mathe Piya” (Maintenant, apprends!), chanson du genre rebetiko, qui dit (est-ce d’un père à son fils?):

“Dans la vie tu as appris uniquement à prendre
Et tu n’es jamais satisfait
Tu attends tout de la vie
Mais il est temps que tu apprennes à donner”

(Eh oui, en Grèce on ne peut pas s’empêcher d’être philosophe, depuis toujours!…)
Dans un autre registre, nous avons aimé aussi “Kipros” (Chypre), chant d’amour à son île natale par Théo Hambi, qui se rappelle:

“Cette chanson est une berceuse très lente d’origine chypriote (…) Je me rappelle les longues journées d’été à Chypre quand j’étais enfant. On allait à pied à la plage à des kilomètres du village. On emportait avec nous à manger du pain et des pastèques car elles restaient fraîches. On nageait et on s’amusait toute la journée. Puis le soir au coucher du soleil, on allait s’asseoir sur le sable avec nos aînés. Avec en bruit de fond le clapotis des vagues sur la plage, des rires d’enfants, le chant des oiseaux, ils nous racontaient des histoires anciennes et chantaient des berceuses. On prenait alors tous un instrument et on jouait et chantait jusqu’à ce que le soleil quitte son trône pour faire place à la lune dont le reflet illuminait la mer”…

www.arcmusic.co.uk

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s