ITALIE : DANIELE DI BONAVENTURA & GIOVANNI CECCARELLI AIMENT TOM JOBIM

DANIELE DI BONAVENTURA & GIOVANNI CECCARELLI, « Eu te amo – The music of Tom Jobim » (avec Camille Bertault, Ivan Lins & Jacques Morelenbaum), Bonsaï Music

Nous adorons Tom Jobim (1927-1994), l’un des plus grands maîtres de la musique brésilienne contemporaine, et voici un album qui l’honore superbement ! Rien d’étonnant à cela : car ce disque magnifique est le fruit d’un duo entre deux artistes de jazz d’exception, tous deux formés depuis l’enfance aux exigences les plus pointues de la musique classique, tous deux jazzistes confirmés qui se produisent dans les plus grands festivals du monde, et tous deux compositeurs-arrangeurs. Nous avons nommé : les Italiens Daniele Di Bonaventura au bandonéon et Giovanni Ceccarelli au piano, tous deux nés dans la région des Marches, et que l’on sent tellement complices ici que l’on n’a pas l’impression d’écouter un duo, mais un seul ensemble…

Voici donc, en version instrumentale à l’exception de 2 ou 3 compositions, les plus grands standards du maître Jobim : « Eu te amo » (Je t’aime), « Falando de amor » (En parlant d’amour), « Por toda a minha vida » (Pour toute ma vie), etc.  Et ce n’est rien moins que le grand chanteur et compositeur brésilien Ivan Lins qui est invité ici à interpréter ces chansons-poésies que sont souvent celles de Tom Jobim, et de la bossa-nova.

Une infinie mélancolie baigne l’ensemble du disque – mélancolie intrinsèque à l’univers de Jobim, et plus généralement, qui imprègne toute la bossa-nova de ces années 60 et 70, âge d’or du genre. Mais le propre des grands artistes, en classique ou en jazz, est de nous donner à ENTENDRE une musique que nous connaissions par coeur, de manière totalement NEUVE. Et c’est en cela que le pari de notre duo de musiciens est totalement réussi. Ils se réapproprient totalement l’oeuvre, et la font leur – dans l’esprit même du jazz et des musiques improvisées : ajoutant ici un solo de violoncelle (Jacques Morelenbaum), là invitant la chanteuse Camille Bertault à poser sa voix, ou Ivan Lins à scatter.

Quand la suavité italienne épouse la douceur amérindienne de la bossa-nova, quand le mélancolique violoncelle vient répondre à la tout aussi mélancolique « saudade » brésilienne, cela donne un disque sublime…

Article publié sur babelmed.net : http://www.babelmed.net/article/9043-muzzika-fevrier-2019/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s