CANADA-JAZZ : DIANA KRALL, un album-date dans l’histoire du jazz

 

DIANA KRALL, Turn up the quiet, Universal Music

Nous avons eu le bonheur d’assister au concert de présentation, dans une ambiance très intime, du dernier disque de Diana Krall. Au Théâtre Dejazet à Paris – « Dejazet, what a perfect place for jazz artists !… » – relevait avec humour l’artiste, qui nous parlait  entre deux morceaux, avec simplicité, comme si nous étions ses invités, et se montrait étonnamment proche et accessible, nous racontant ses émotions de la veille, une pleine lune dans le ciel de Paris sur sa route qui l’amenait de l’aéroport, la perte de son ami Tommy Li Puma, producteur de ce disque, qui venait tout juste de disparaître… Et nous – la presse invitée – avions un peu le sentiment qu’elle était notre amie, si peu « star » sur scène, immense artiste pourtant… Magnifique soirée riche d’émotions, qui restera pour nous, journaliste musicale, parmi les plus beaux souvenirs musicaux de notre vie…

Que dire sinon qu’à l’écoute du disque déjà, nous avions cette certitude : ce disque est DÉJÀ un grand classique du jazz, et dans quelques dizaines d’années cet album sera devenu un « must », une référence.

Diana Krall reprend pourtant ici de grands standards du jazz, connus de tous, et mille fois interprétés et réinterprétés – par les plus grands comme par les plus petits : Night and Day, L.O.V.E., Isn’t it romantic, I’ll see you in my dreams…, nous connaissons ces titres par coeur, oui mais justement : Diana Krall nous les donne à entendre de manière totalement neuve, passés à travers sa sensibilité, de femme d’aujourd’hui, de femme amoureuse du jazz, et de ces chansons-là en particulier.

Et à la manière dont elle les chante, les faisant siennes totalement, nous comprenons que l’artiste entretient une relation toute intime avec ces titres : ont-ils bercé son enfance, elle dont les parents mélomanes écoutaient beaucoup de jazz à la maison ? Ces chansons des années 50 et 60, qu’aimaient peut-être ses parents, ont-elles déterminé sa carrière de jazzman ? Atteint au coeur la petite fille qu’elle était ?

Peu importe la réponse à ces questions. Seule importe l’émotion, la sensibilité, la douceur, avec laquelle l’extraordinaire artiste qu’est Diana Krall nous offre le bonheur de ces si belles musiques. Les rendant plus éternelles que jamais…

Un album rare et étincelant, qui fera date dans l’histoire du jazz. Merci Diana Krall !

www.dianakrall.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s