MARSEILLE/AMÉRIQUE LATINE : SIMON BOLZINGER, Tambor y Canto

tambor-y-canto

SIMON BOLZINGER, Tambor y Canto, L’assos’Pikante (Marseille) 

Certains ne cessent de se pencher sur le passé et de vanter un « âge d’or révolu » où, autour de la Méditerranée, « toutes les confessions et les cultures se mêlaient harmonieusement » (ce qui n’est d’ailleurs qu’une vision déformée de la réalité car les conflits étaient tout aussi nombreux et meurtriers qu’aujourd’hui, comme le prouvent nos livres d’Histoire).

Et ces mêmes oublient de voir les formidables mélanges de cultures que nos grandes villes du monde brassent aujourd’hui, et bien au-delà des seules cultures méditerranéennes. Marseille ne fait pas exception à la règle, ni plus ni moins « mélangée » que Paris, Londres, Berlin ou New York, c’est-à-dire : tout autant.

Le pianiste marseillais Simon Bolzinger anime une fois par mois, au Bar du Restaurant « Le Rouge » à Marseille, des soirées « latinos » où il accompagne au piano des artistes venus de tout le continent sud-américaine, et où le public n’hésite pas à se lever et à danser. Et, féru de percussions, il organise depuis 2005 à Marseille les « Rencontres Tambor y Canto », où il convie plus particulièrement des percussionnistes et chanteurs.

Amoureux fou des musiques et des rythmes d’Amérique Latine, et notamment du Vénézuela, pays aux traditions musicales extrêmement riches et trop méconnues en Europe, il nous livre ici un album plein d’énergies joyeuses et positives, entouré de ses amis artistes, Latino-Américains établis à Marseille et venus du Vénézuela, de Cuba, d’Argentine, du Brésil et des pays voisins.
Ce qui frappe d’emblée est l’AUTHENTICITÉ de ces musiques : humblement, et bien que la plupart des titres soient ses propres compositions, notre pianiste se met au service de ses musiques, qu’il a adoptées autant qu’elles semblent l’avoir totalement adopté ! Traditions chantées de Cuba et du Brésil que l’on entend dans les rues de ces pays, mais que l’on entend trop rarement en disque, comme l’explique Simon Bolzinger dans le livret :

« La tradition ! Une source inépuisable de textes, de mélodies, de rythmes, et d’inspiration aussi. On ne l’entend que trop peu aujourd’hui dans la sono mondiale, dominée par les lois du marketing (…) Car dans un chant traditionnel, on trouve tout : l’histoire, la géographie, la religion, l’amour, le quotidien… (…) Ils sont porteurs d’identité pour les communautés (…) qui se reconnaissent et se retrouvent à l’appel d’un maracatu, d’un lando ou d’une zamba ». 

Un album qui nous a enthousiasmée : bravo Simon !

www.assospicante.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s