FRANCE : L’opérette marseille ressuscitée par Moussu T e lei Jovents

MOUSSU T E LEI JOVENTS, Opérette, Chant du Monde

mk4_set14_MOUSSU

Moussu T e lei Jovents, groupe de jeunes gens délurés et néanmoins très doués, basé près de Marseille, à La Ciotat, ne cessent, au fil des sept – délicieux – albums qu’ils nous ont distillés depuis leur premier disque en 2005, de célébrer une certaine Marseille, populaire, poétique – et rétro. Une Marseille éternelle, comme l’est le Paris des quais de Seine et des ponts…

            Le groupe le revendique : ils veulent célébrer l’âge d’or de Marseille, dans les années 30 et 40, quand cette ville, qui était alors l’autre capitale française, capitale de la Méditerranée et des voyageurs en partance vers l’Orient, l’Afrique et l’Asie, était prospère de tous ces commerces maritimes avec le monde entier (qui incluait, ne l’oublions pas, les anciennes colonies).

            Les chansons même de Moussu T, par les paroles et la musique, ont toujours été délibérément ancrées dans cette esthétique d’avant-guerre, qu’affirment aussi les visuels de certains de leurs albums, comme «Home sweet home», ou leur tenue, sur scène : blouse bleue et casquette des ouvriers qui constituaient alors une bonne partie du peuple marseillais. Et certaines chansons de ces années-là, comme «Vous avez l’éclat de la rose», faisaient déjà partie d’albums précédents.

            Leur nouveau spectacle rend hommage aux opérettes marseillaises, qui connurent en ce temps-là un succès dans tout l’Hexagone, et même au-delà, puisque ces chansons étaient fredonnées jusqu’à Alger ou au Caire. Aux commandes de ces opérettes, un duo gagnant, deux enfants d’émigrés italiens, nombreux à Marseille à l’époque : René Sarvil pour les paroles (Crescenzo de son vrai nom) et Vincent Scotto pour la musique. Avec le chanteur Alibert (gendre de Scotto) comme interprète.

            Ce disque, intitulé maladroitement «Opérette par Moussu T e lei Jovents» comprend en réalité, non pas leurs propres interpréations de ces titres fameux, mais des enregistrements originaux de ces années – par Alibert et Darcelys, autre vedette de l’époque. Pour entendre les Moussu T chanter ces chansons d’autrefois, une seule solution : aller les voir sur scène, car ils ont entamé une tournée avec leur nouveau spectacle.

            Nous, nous adorons Marseille, tout comme la bonne humeur et l’humour de Moussu T et de ses joyeux drilles. Et, surtout, nous adorons ces chansons délicieusement rétro – qui ne sont que bonne humeur et humour, justement !«Chansons qui, pour nous, ne sont pas des pièces de musée mais des compagnes de notre quotidien, toujours efficaces», explique Moussu T. Et pour nous aussi ! Si, si, essayez : écoutez et chantez ceci, et vous verrez si votre moral ne va pas se mettre au beau fixe, au soleil marseillais, automatiquement !

«Dans ma petite calanque

Sous le soleil et le ciel bleu

Dans ma petite calanque

Coquin de sort qu’on est heureux…»

 www.moussut.ohaime.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s