PORTUGAL: DEOLINDA, De l’air frais dans la musique portugaise

DEOLINDA, “Dois selos e um carimbo”, World Connection

“De l’air frais dans la musique portugaise!” disent quelques-uns des messages, enthousiastes, sur les pages youtube de Deolinda, sur lesquels échangent des internautes portugais, espagnols, brésiliens, ou autres…

Et en effet, le jeune groupe Deolinda est en train de faire un tabac au Portugal, depuis la parution de leur premier album, “Cançao ao lado”, en 2008, qui s’est vendu à plus de 50.000 exemplaires. Et ce deuxième opus, qui s’est déjà vendu à 30.000 exemplaires, est numéro un des ventes en ce moment, et la chanson “Um contra o outro” est devenue un succès.

Qui est Deolinda? Formé en 2006 autour des frères Martins – Pedro da Silva et Luis José – tous deux à la guitare classique, entourés de leur cousine Ana Bacalhau au chant et du mari de cette dernière, José Pedro Leitão, à la contrebasse, le groupe a pris le nom d’un personnage qu’ils ont imaginé: Deolinda, la quarantaine, célibataire heureuse, qui vit dans les nouvelles banlieues populaires de Lisbonne, et observe le monde autour d’elle.

Et c’est sans doute cette capacité à parler du monde d’aujourd’hui, du quotidien des Portugais, avec des métros bondés (chanson “Sem noção), des barres d’immeubles (dans le clip de la chanson “Fado Toninho”, tube issu de leur précédent album), mais aussi des amis qui se retrouvent au café et de la bonne humeur malgré tout, c’est sans doute cette poésie fraîche du quotidien, qui séduit tant les Portugais aujourd’hui.

Car Deolinda est joyeux, dans ce quotidien ordinaire – qui est le lot de nombre d’habitants des grandes villes aujourd’hui. Et les textes des chansons – le livret est heureusement bilingue, traduit en anglais – respirent un formidable optimisme – hélas le grand absent du fado traditionnel, qui baigne dans la tristesse la plus profonde. Deolinda ce n’est donc pas du fado, qu’on se le dise, mais de la chanson portugaise, qui se situe stylistiquement dans la lignée de celles de José Afonsé – “Zeca” Afonso, joyeuses et enlevées, qu’a si bien ressuscitées en 2009, avec son album “Abril”, la chanteuse Cristina Branco.

Quelques échantillons de paroles, pour vous donner une idée (Não tenho mais razões- Je n’ai plus de raisons):

“J’ai jeté mes béquilles
Mon dos ne me fait plus mal
Mon cher Docteur
Cette maladie
Me donne seulement envie de danser
Je n’ai plus mal
Et je ne suis plus fatiguée
Et je me mets à chanter”

Et pour info, la chanson “Um contra o outro”, qui cartonne en ce moment au Portugal, dit à un interlocuteur – que l’on voit dans le clip rivé à son jeu vidéo, mais ce pourrait tout aussi bien être un adulte derrière son ordinateur au bureau, luttant pour sa carrière:

“Quitte la maison et viens avec moi dans la rue (…)
Débranche le câble (…)
Joue avec moi un nouveau jeu
Avec deux vies l’une contre l’autre (…)
Viens fais une pause quitte la course
Abandonne cette guerre
Parce que ton but est de ce côté-ci de ta vie
Change de niveau, quitte le mode invisible
Mets-toi en mode “compatible” (…)
Parce que ta vie est réelle
Choisis ton arme, la stratégie gagnante
Mets ton pouvoir au maximum (…)
Et bien que désarmé je t’apprendrai à perdre !
Viens avec moi dans la rue parce que cette vie que tu as
Même si tu gagnes 1000 vies c’est ta vie
Que tu perds si tu ne viens pas!”

Si vous aimez la musique du Portugal, et si vous êtes d’un tempérament joyeux, ce disque est pour vous !!!

http://www.myspace.com/deolindalisboa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s