PORTUGAL: Ana Moura, « Leva-me aos fados »

ANA MOURA:
Leva-me aos fados
World Village/Harmonia Mundi

Dès les premières notes du premier titre qui donne son nom à l’album (“Amène-moi aux fados”), composition de Jorge Fernando, ancien accompagnateur d’Amalia Rodrigues et producteur de cet album, éclatent des notes de guitare plutôt joyeuses.

Car Ana Moura ne chante pas seulement un fado triste, comme il le fut longtemps. Et le deuxième titre, “Como uma nuvem no céu” (Comme un nuage dans le ciel), est carrément dansant, avec une guitare aux notes allègres – qui nous rappelle l’étymologie de ce mot, parent du mot “bonheur” – alegria en espagnol.

Dans “Caso arrumado” (Une affaire terminée), comme dans “Fado vestido de fado” (Un fado habillé de fado), Ana Moura reprend l’un des thèmes centraux du fado, dans des chansons où les artistes chantent et célèbrent la beauté et les vertus… du fado, comme souvent dans la tradition des textes de ce genre musical (“Notre fado que je chante est toujours un remède béni”…).

Ana Moura chante aussi, comme la nouvelle génération de fadistes tels Cristina Branco ou António Zambujo, des chansons qui ne sont pas du fado: ainsi dans “Rumo ao Sul” (Vers le Sud), aux paroles toutes contemporaines: “Au bureau cet après-midi/Tout est fait pour me déprimer/Le klaxon pressé d’une voiture/Qui veut me dépasser/Dans le péage un visage indifférent…”

Le miracle est que Ana Moura sait dépasser la tradition du fado, en lui offrant une légèreté et une grâce, malgré des textes mélancoliques. Comme si, au lieu du désespoir et de la tristesse qui longtemps marquèrent ce style musical, l’artiste préférait faire briller l’espoir, ou l’oubli salvateur… On se régalera avec le livret, qui traduit les poèmes qui forment le corps de ces chansons.

Ce dernier album a valu à l’artiste une nomination aux Globos de Ouro comme meilleur interprète individuel, et il est déjà Disque d’or, avec plus de 10.000 exemplaires vendus depuis sa sortie il y a à peine un mois. Il promet donc d’avoir le même succès que le précédent, “Para além da saudade”, qui s’était hissé Disque de triple platine, avec 55.000 exemplaires vendus, et qui était resté 120 semaines dans la liste des meilleures ventes de disques au Portugal. Le conte de fées de la gamine dont la voix d’or fut repérée à 15 ans continue donc, “comme un nuage dans le ciel”…

http://www.anamoura.net
http://www.myspace.com/anamourafado

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s