FRANCE- BIRELI LAGRENE, « Gipsy Trio »

BIRÉLI LAGRÈNE, Gipsy Trio, Dreyfus Jazz


“Django” signifie “je réveille” en langue manouche, et, pour s’en convaincre, il suffit d’écouter le deuxième morceau de “Gipsy Trio”: “New York City” réveillerait même les esprits les plus assoupis, par son swing rapide et nerveux ! Car Biréli, comme Obélix dans la potion magique, est tombé dans la musique de Django Reinhardt quand il était tout petit: né à Soufflenheim, à 60 km au nord de Strasbourg, dans une famille de musiciens manouches, il raconte: “Tout gamin, je remettais les disques (de Django) jusqu’à ce que j’arrive à le refaire. Par la suite, j’ai compris qu’il valait mieux respecter les grands guitaristes que les imiter”.
         Et aujourd’hui ils sont nombreux, les jeunes guitaristes pour qui Biréli, à son tour, est devenu un modèle, et un modèle difficile à imiter, tant il est virtuose ! Il suffit de lire les commentaires enthousiastes que l’artiste suscite sur youtube, pour s’en rendre compte, et de comptabiliser les visites sur ses titres: près d’un demi-million en moyenne, par titre! Grâce à internet, vous pourrez voir et entendre, si vous ne l’avez jamais écouté ou vu sur scène, l’extraordinaire guitariste! Sur son site myspace, vous pourrez le voir à 13 ans, sur la scène du Festival de Jazz de Montreux, véritable enfant prodige, plein de sérieux… ou de trac! Car Biréli fut très précoce: il commence à jouer à 4 ans, joue déjà très bien parmi les siens à 8 ans, remporte un Prix de musique tsigane à 12 ans, part en tournée à 13, et enregistre son premier album à 14 ans: “Routes to Django”, qui sera le premier d’une longue série puisque l’artiste, né en 1966, compte quelque 35 disques à son actif, soit presque un disque par an!
        Plusieurs ont été des best-sellers, notamment ceux où il s’associe à d’autres guitaristes, tels “The super guitar trio” avec Al Di Meola et Larry Coryell,, tiré d’un concert mémorable en 1989 à Montreux; et “Duet”, avec Sylvain Luc. Biréli est aujourd’hui l’un des plus grands artistes français, et mondiaux, du jazz, et un improvisateur hors pair, comme le jazz l’exige, se produisant sur scène aux côtés d’autres grands tels que John Mc Laughlin, Didier Lockwood, Richard Galliano, Paco de Lucia, etc…
        Cet album ne déroge pas à la règle, et, aux côtés de Hono Winterstein à la guitare d’accompagnement, et de Diego Imbert à la contrebasse, Biréli nous offre ses visions de standards tels “Lullaby of Birdland” ou “Singin’ in the rain”, de succès plus récents tels “Something” des Beatles, à côté de ses propres compositions…ainsi qu’une composition, quand même, de Django ! Nous,comme Obélix aussi, on est “tombés” dans la musique de Biréli Lagrène il y a quelques années, et on est complètement fans: écoutez-le, et vous le deviendrez à votre tour !
www.disquesdreyfus.comwww.myspace.com/birelilagrene

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s