JORDANIE-BELGIQUE: KARIM BAGGILI, « Lea & Kash », Homerecords

“Attention, trésor!” avons nous pensé quand, en 2007 nous avons découvert Karim Baggili, jeune guitariste et ‘oudiste belge né en 1976 d’un père jordanien et d’une mère yougoslave, devinant que c’était là un musicien avec lequel il faudrait compter dans les années qui viennent.

      Promesse tenue par le jeune compositeur, avec cet album flamboyant, qui le place d’emblée très haut parmi les meilleurs artistes que l’Europe nous ait offert ces dernières années. Un univers musical qui n’appartient qu’à lui et des compositions d’une rare originalité, à la fois oniriques et pleines d’inventivité, qui nous emmènent de surprises en découvertes: on pense à Keith Jarrett, à Tigran Hamasyan, ou à Anouar Brahem, pour citer trois artistes dont les compositions sont menées par le rêve tout en étant le fruit d’une recherche musicale extrêmement élaborée .

         Construction: c’est à Bach aussi qu’on pense à l’écoute de certaines compositions, car Karim Baggili peut être cérébral tout autant que fougueux ou poète. Le livret qui accompagne le disque exprime en photos l’univers musical de Karim Baggili: les images sont familières – un visage, une rue, un ciel… (les photos sont de Yasmine Baggili) – mais l’assemblage en fait des tableaux poétiques, ce sont des visions, c’est-à-dire des interprétations et non des reproductions de la réalité. Et, de la même manière qu’une photo ou peinture peut être réaliste ou abstraite, en passant par surréaliste, Karim Baggili incorpore ici des éléments venus de tous les univers musicaux qu’il a traversés, et qui nous traversent tous – chants populaires, flamenco, violoncelle classique, chants sans paroles des créations contemporaines, etc… – et c’est au total son monde à lui qu’il nous livre, et nous offre à entendre. Les titres des compositions, comme les langues utilisées – espagnol, arabe, hindi, plus cette non-langue chantée par Karoline de la Serna, qui est de la musique sans mots – disent aussi cette ouverture à tous les vents: – “Consejo del tiempo”, “Albi badawi” (Mon coeur est bédouin), “Elément 7” (comme on dirait Partita n°3), “Moto trankil”, “Pay cash”, “Sutra”… Un album exceptionnel, qui rend à la fois zen et heureux.

Extraits à l’écoute sur: www.amazon.fr/Lea-Cash-Karim-Baggili
www.karimbaggili.bewww.homerecords.be

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s