GRECE: GIORGIS XYLOURIS, STELIOS PETRAKIS, PERIKLIS PAPAPETROPOULOS, Si je salue les montagnes, Accords croisés

Voici, dans la célèbre famille de musiciens crétois Xylouris (le chanteur crétois Nikos Xylouris (1936-1980) était connu à l’étranger dès les années 70, et il reçut le Prix de l’Académie Charles-Cros) , le fils de Psarantonis et donc neveu de Nikos: Giorgis. Il joue du laouto, qui est le nom du ‘oud sur l’île, cependant que Stelios Petrakis est à la lyra, ce violon crétois à 3 cordes qui se joue posé sur le genou, et que Periklis Papapetropoulos joue le bulgari, nom crétois pour le luth à manche long appelé saz en Turquie et bouzouki en Grèce. S’est joint à eux le percussioniste iranien installé en France, Keyvan Chemirani, un fidèle du label Accords Croisés.
        Voici donc un recueil de chansons et pièces instrumentales très variées, qui offrent un florilège des différents chants et danses de l’île – car en Crète, comme en Grèce et dans toute la région, comme dans la Grèce antique ou même dans les campagnes françaises autrefois, chants et danses vont rarement l’un sans l’autre. La première chanson, “Castellas”, composée par Stelios Petrakis, est un poème contemplatif, hommage à la beauté de la mer et de la montagne sur la péninsule de Castellas:

“Le lever du soleil à Castellas
Le coucher du soleil à Trabilas
Et la mer entre les deux
Ce sont tous mes amis… “

 

       D’autres chansons, comme “Daphné”, sont des chansons d’amour, qui usent, comme toute la poésie crétoise, d’images ancestrales, utilisées depuis les temps bibliques: “jardin fleuri”, “parfum de rose”, “soupir enflammé”, “petit jasmin”… Nous, nous avons bien aimé, pour la place qui y est faite aux violons, à côté des arbres et des roses dans la description du jardin-paradis pour les amoureux, ce poème, tiré du répertoire traditionnel de l’île, dans la série de danses “Kontylies et Pentozali”:

“Par centaines d’oiseaux, de violons, d’arbres, de roses
Le jardin de mon coeur fut rempli dès que je te vis pour la première fois

Je bâtirai une tour de diamant, te placerai dedans
Et j’en détruirai la clé pour ne pas te perdre

Mes soupirs bouleversent les montagnes
Et quand je pense à toi fleurit un arbre d’oranges amères…”

La musique crétoise reflète la géographie de l’île, carrefour d’influences grecques, turques, arabes, et elle est en même temps, terriblement spécifique, par l’insularité même du lieu. Pour en avoir une idée et écouter “Castellas”:
www.youtube.com/watch?v=qpImrKwhzKs
www.accords-croises.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s